Accueil
Etat civil
Agenda
Contacter la mairie
Le Quatro
Publications
Plan de Baud
Restauration scolaire
Bien vivre ensemble
Horaires
En 1 clic

Le cheval territorial

Un cheval territorial, c'est quoi ?

Le terme « cheval territorial » fait référence aux agents territoriaux employés par les collectivités locales, pour remplir des missions de service public.

Par analogie, les chevaux employés pour effectuer des activités pour le compte des collectivités territoriales ont été nommés « chevaux territoriaux ».

Ce terme est né dans les années 2000 en Normandie, où sont réapparus les premiers chevaux cantonniers.

C’est tout d’abord par souci d’économie que des villes normandes ont choisi dans les années 90 d’investir dans un cheval communal.

Ces expériences ont fait des émules, tant et si bien que l’on compte aujourd’hui plus de 200 communes françaises qui font appel au cheval.

Un cheval territorial, ça fait quoi ?

Le cheval, et plus particulièrement le cheval de trait, se prête bien à toutes les missions effectuées dans le centre-ville, lorsque des arrêts fréquents sont nécessaires. Il est typiquement idéal pour l’arrosage des jardinières, la collecte des déchets, le transport sur de courtes distances. Il complète les moyens motorisés, qui sont eux plus efficaces sur des distances plus longues.

Un cheval communal, oui mais pourquoi ?

Les avantages du cheval sont multiples : tout d’abord en terme d’investissement, le coût d’achat du cheval et de l’équipement correspondant (véhicule adapté, harnais et petit matériel) est moins important que celui d’un véhicule motorisé qui remplit des missions similaires.

Ensuite, le bénéfice environnemental est très net puisque l’énergie cheval permet de s’affranchir de toutes les formes d’énergie fossile. Les rejets et émanations de polluants sont nuls et en terme de bruit, l’impact est également positif.

Enfin, dernier point mais non des moindres, le cheval crée du lien social. On vient le voir, échanger avec le meneur de l’attelage. Le cheval est facteur d’attractivité dans les centres villes, où sa présence constitue un événement à lui tout seul. Il génère un capital sympathie, qui peut même se répercuter dans des gestes concrets. Ainsi, dans les territoires qui l’utilisent pour la collecte de sacs jaunes, on a pu constater une hausse du geste de tri et une amélioration de sa qualité (moins d’ordures ménagères dans les sacs jaunes). Enfin, faire travailler des chevaux de trait, et notamment bretons, c’est participer à la préservation d’une race locale, aujourd’hui menacée.

Et à Baud ?

À Baud, la qualité du cadre de vie des habitants constitue une priorité, c’est pourquoi le cheval y a toute sa place. En 2014, la ville a déposé un dossier auprès de la région Bretagne pour construire un projet autour du cheval territorial. Celui-ci a été accepté, et les Baldiviens ont donc pu croiser des chevaux de trait bretons venus en 2016 et 2017 travailler sur la commune.

Début 2016 et 2017, ils ont collecté les sapins de Noël. Au printemps 2016, une expérimentation a été menée durant plusieurs semaines pour collecter les cartons dans le centre-ville. Le résultat s’est révélé positif, avec plus de 300 kg de cartons collectés à chaque passage et de nombreux trajets à la déchetterie ainsi épargnés. Au printemps 2016, des essais de désherbage mécanique et thermique ont été effectués avec le cheval. Il reste maintenant à trouver la bonne formule pour pérenniser l’utilisation du cheval sur la commune.